Accès des associations habilitées dans les zones d'attente


Depuis la création de l'association, une des principales revendications de l'Anafé est l'accès permanent des associations en zone d'attente : Pour un accès permanent en zone d’attente, Plein Droit n° 55, décembre 2002

Actuellement il existe plusieurs accès: l'accès des associations habilitées à visiter les zones d'attente et l'accès permanent de l'Anafé depuis mars 2004 dans la zone d'attente de Roissy.


Accès dans toutes les zones d'attente (voir la liste des zones d'attente)

Le décret du 2 mai 1995 modifié par le décret du 31 mai 2005, organise le droit de visite de certaines associations membres de l'Anafé en zone d'attente (une liste de 10 visiteurs par association).
Ce décret a supprimé la restriction des 8 visites par an, par association et par zone d'attente. L'Anafé coordonne l'ensemble des visites des associations et forme les visiteurs.

Le décret du 30 mai 2006 a étendu la liste des associations habilitées ; cet accès était demandé par les associations depuis plusieurs années : Accueil aux médecins et personnels de santé réfugiés en France (APSR) ; Amnesty International, section française ; L'Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers (ANAFE) ; La CIMADE ; France Terre d'asile ; Forum réfugiés ; Groupe accueil et solidarité (GAS) ; Le Groupe d'information et de soutien des immigrés (GISTI) ; La Ligue des droits de l'homme ; Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP).

Trois associations non membres de l'Anafé sont également habilitées à visiter les zones d'attente : Médecins sans frontières (MSF) ; Médecins du monde; la Croix-Rouge française.




Accès dans la zone d'attente de l'aéroport de Roissy

L'Anafé a signé une convention avec le ministère de l'Intérieur en mars 2004 afin d'exercer une assistance auprès des étrangers non admis à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle. Cette convention expérimentale de six mois marque l'aboutissement des discussions engagées depuis plus de deux ans. L'Anafé a accepté de signer cette convention malgré les restrictions d'accès aux aérogares auxquelles elle sera tenue. En effet, des personnes sont maintenues dans des postes de police des différents terminaux de l'aéroport ; la convention prévoit la possibilité d'y accéder seulement 3 fois par semaine, accompagné d'un agent de la police aux frontières et en prévenant la veille.

Cette permanence fonctionne grâce aux 15 bénévoles habilités à se rendre dans la zone de Roissy. Si vous désirez participer à cette action, vous pouvez vous renseigner en cliquant ici.

Depuis sa création en 1989, l'Anafé n'a cessé de s'inquiéter de la détérioration des droits des étrangers aux frontières, notamment ceux des demandeurs d'asile. Elle a demandé, lors de la signature de cette convention, que les préoccupations rappelées dans le communiqué ci-dessous soient enfin prises en compte par les pouvoirs publics : Une présence associative à Roissy qui ne résout pas tous les problèmes (3 mars 2004).

Depuis, l'Anafé a signé une nouvelle convention d'une durée d'un an en décembre 2005.
Entre la fin de la première convention expérimentale et décembre 2005, nous avons tout de même pu nous rendre dans la zone d'attente de Roissy. Alors que le renouvellement de la convention était en cours, l'Anafé a rappelé ses principales revendications et craintes dans un document adressé au ministre de l’Intérieur :

Communiqués précédents sur l'accès des associations en zone d'attente

  • Anafé, Une proposition d'accès permanent à la zone d'attente de Roissy (3 octobre 2003)
  • Annexe : Situation aux frontières : de nombreux points noirs (3 octobre 2003)
  • Anafé, Lettre à Nicolas Sarkozy en réponse à l'article publié dans la Croix (16 mai 2003)
  • L'Anafé a rencontré le ministère de l'intérieur (14 mars 2003)
  • L'Anafé rencontre le ministère de l'intérieur (13 mars 2003)