Retour au sommaire aah

 

Dans le dernier journal de forum réfugiés, Claire Brisset, Défenseure des enfants, donne son point de vue sur l'administrateur ad hoc :


"Je suis inquiète que le décret d'application définissant la nomination, l'indemnisation et la formation de ces administrateurs ad hoc ne soit toujours pas paru, sept mois après la promulgation de la loi.

La nomination d'un administrateur ad hoc pour mineur retenu an zone d'attente ou demandeur d'asile ma paraît un point positif mais à certaines conditions. Il est essentiel que, dès l'arrivée du mineur en zone d'attente, le procureur en soit averti par les services de la Police aux frontières afin de nommer sans délai un administrateur ad hoc. Je rappelle que nous considérons que la rétention d'un mineur en zone d'attente ne doit pas excéder 48 heures. Il est également très important que les associations spécialisées dans le droit des étrangers puissent être agréées car la nature d'un tel administrateur ad hoc est très différente de celle des administrateurs traditionnellement désignés pour exercer leurs fonctions auprès de mineurs français dans les procédures civiles ou pénales habituelles. Le droit d'asile et le droit des étrangers sont en effet des questions particulièrement complexes qui ne peuvent être traitées correctement, dans le respect de l'intérêt de l'enfant, sans une bonne connaissance du sujet.

Enfin, il est naturellement indispensable de rémunérer correctement le temps passé par cet administrateur afin qu'il puisse exercer sa fonction convenablement".