Retour au sommaire presse

Droit d'asile

L'Humanité - 6 octobre 2003
Droit de regard sur les zones d'attente ?

Le ministre de l'Intérieur prépare activement l'examen, en deuxième lecture au Sénat, de son projet de loi sur " la maîtrise de l'immigration et le séjour des étrangers ", qui s'ouvre mercredi. D'autre part, ce matin, il doit rencontrer l'Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers (ANAFE) pour relancer le débat entamé le 14 mars dernier sur l'accès permanent des associations à la zone d'attente de Roissy afin d'aider au respect du droit pour les demandeurs d'asile. L'ANAFE et les associations Amnesty International, la Cimade n'ont droit, pour l'instant, qu'à huit visites par an, et réclament une présence permanente depuis longtemps. Elles demandent l'accès non seulement à ZAPI 3, la zone d'attente officielle, mais aussi aux lieux d'accueil dans les terminaux de l'aéroport, non reconnus officiellement, où les conditions sont effroyables. Plus tard dans la matinée, Nicolas Sarkozy signera avec Marc Gentilini, président de la Croix-Rouge, la convention passée avec cette association qui doit remplacer, en zone d'attente, l'Office des migrations internationales. Jusqu'ici, la Croix-Rouge avait les mêmes contraintes que les autres associations, mais disposait, à l'extérieur de ZAPI 3, d'une antenne pour accueillir ceux qui en sortaient. C'est la Croix-Rouge qui a accepté d'accompagner les expulsés du territoire pour se porter garante des bonnes conditions du voyage, après la mort, en décembre et janvier, de deux expulsables, pendant leur embarquement de force.

E. R.