Retour au sommaire presse

Immigration


Les associations " piégées " par Sarkozy ?

L'Humanité - 13 mars 2003

Les associations, qui rencontrent le ministre de l’Intérieur demain au sujet des zones d’attente, s’inquiètent des risques de manipulation.

Une trentaine de Kurdes de Turquie, en grève de la faim, ont été expulsés du presbytère de la basilique Saint-Sernin de Toulouse hier matin. Pendant ce temps, Sarkozy communique. Tous azimuts. Depuis qu’il s’est rendu dans les zones d’attente de Roissy, il l’affirme, il " connaît la situation ". Le surpeuplement de ces zones ne fait que justifier sa politique et sa volonté d’accélérer les charters : " J’ai la démonstration que les retours groupés sont justifiés, c’est la condition de la préservation des conditions humanitaires. " Les associations se disent inquiètes. Il y a de quoi. Demain, l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (ANAFE) rencontre Nicolas Sarkozy, afin, selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, " d’aborder les moyens d’améliorer les conditions de séjour en zone d’attente et les retours d’immigrés en situation irrégulière dans leur pays d’origine ".

Patrick Delouvin, membre de l’ANAFE et représentant d’Amnesty International au sein du groupement d’associations, craint " le piège " tendu par le ministre de l’Intérieur. Une réunion est prévue ce matin entre toutes les associations avant la rencontre avec Sarkozy. " Nous tentons de décrypter ce qu’il dit aux uns et aux autres. Et on a l’impression que d’un revers de main, il affirme que les associations ont tort. Nous faisons un travail patient, sérieux, de longue haleine. Et nous recoupons toujours nos informations. "

Patrick Delouvin condamne également la volonté du locataire de la place Beauvau de vouloir opposer l’aide humanitaire et l’aide juridique que les associations accordent aux étrangers. " Notre rôle est avant tout juridique afin d’aider les nouveaux arrivants à demander l’asile. Nous ne sommes pas là pour distribuer des couvertures et des brosses à dents ! " De son côté, le MRAP s’est joint hier à l’appel de la Coordination nationale des sans papiers pour une manifestation à Roissy, dénonçant les charters comme " des mesures inutiles, dangereuses, démagogiques, et qui ne peuvent qu’alimenter les surenchères des partis xénophobes, en France comme en Europe ".

Reste à rappeler que Nicolas Sarkozy prépare son projet de loi sur l’immigration prévue dans les semaines à venir. Dans lequel il compte bien revenir sur le statut du droit d’asile, la situation des sans-papiers, la double peine. " Des nouvelles conditions peu encourageantes ", a précisé Patrick Delouvin.

Maud Dugrand