Retour au sommaire presse

Le figaro
IMMIGRATION

L'enfant, un petit Congolais qui arrivait du Maroc sous une fausse identité,a été interpellé à l'aéroport de Strasbourg-Entzheim

Landou, «clandestin» de trois ans, voyageait sans ses parents

Marie-Christine Tabet
[15 décembre 2004]

Landou a 3 ans ou peut-être 5... Dans sa valise, il avait des couches pour la nuit, quelques vêtements et des puzzles. Il a été interpellé jeudi dernier à l'aéroport de Strasbourg-Entzheim par la police aux frontières (PAF). Après deux jours passés en zone d'attente – dans une salle d'embarquement –, le garçonnet probablement originaire du Congo a été placé samedi soir dans un foyer de l'aide sociale à l'enfance. Landou voyageait en compagnie d'une jeune Sierra-Léonaise de 24 ans, enceinte, d'un Congolais de 17 ans et d'une Comorienne de 14 ans. Ils étaient accompagnés par un résident français originaire de la région parisienne. Cet homme d'une quarantaine d'années était en possession d'un passeport sur lequel figuraient ses jeunes compagnons de voyage. Il a été placé en détention provisoire car il ne semble pas avoir de liens familiaux avec les enfants. Le parquet de Strasbourg a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour éclaircir les conditions mystérieuses de ces arrivées. Le petit groupe débarquait d'un avion en provenance du Maroc. «Cela semble être une expédition très organisée», explique Richard Sancho de l'association Themis, désignée administrateur ad hoc pour représenter légalement les trois mineurs. «Il semblerait que l'accompagnateur ait pris en charge les jeunes à Casablanca où ils avaient été préalablement réunis», poursuit-il. L'étrange équipée a éveillé la curiosité de la PAF. Le petit garçon est tout d'abord resté muet «comme si on lui avait fait la leçon», explique un témoin. Les plus âgés ont donné quelques bribes d'explication.


Depuis le renforcement des contrôles à l'aéroport de Roissy, les filières d'immigration clandestine cherchent de nouvelles portes d'entrée en France. A Strasbourg, les fonctionnaires, peu habitués à ce type de procédure, ont été pris de court. Faute d'une véritable zone d'attente aménagée, Landou et les autres jeunes ont dû passer deux nuits dans une salle d'embarquement aménagée en urgence. Selon l'association Themis, le parquet a tardé à placer Landou «pour ne pas encourager les passeurs et le développement des filières». «Nous comprenons cette logique, explique Richard Sancho, mais lorsque l'on a un enfant de 3 ans sur les bras, il faut savoir passer outre les principes.»


Lundi, le parquet a demandé qu'une radiographie de détermination de l'âge osseux soit pratiquée sur les jeunes qui prétendent être mineurs. Selon ces analyses, la jeune fille venant de Sierra Leone et son compagnon seraient en fait majeurs. Ils vont tous deux déposer une demande d'asile auprès de l'Office français des réfugiés et apatrides (Ofpra). Strasbourg, de par sa situation géographique et sa notoriété, est une zone d'immigration ancienne. En 2003, l'association Themis spécialisée dans l'accompagnement des mineurs isolés s'est occupée de plus de 250 mineurs isolés. «Dans tous les pays du monde, on connaît Strasbourg, raconte Richard Sancho, car c'est la capitale de l'Europe, mais les conditions de l'arrivée de Landou, c'est une première pour nous.»